Une plantation de chou-fleur

Planté Pu Dimé

Dans le cadre de sa politique de développement durable, MCFI – membre du groupe Harel Mallac – a lancé le projet Planté Pu Dimé qui a pour but de sensibiliser le plus grand nombre à la création de jardins potagers et favoriser ainsi l’autosuffisance alimentaire.

L’un des points névralgiques de cette action est le milieu scolaire : MCFI a déjà inauguré un potager bio pilote en partenariat avec le Collège BPS à Beau-Bassin en décembre 2018, et collabore aussi avec le Collège St Esprit pour le deuxième pilote.

« Ce projet a une tonalité à la fois environnementale et éducative, mais vise surtout à avoir une portée nationale. Nous pensons qu’offrir aux gens les connaissances nécessaires pour produire une partie de leurs propres aliments est un acte fort. La démarche qui peut sembler utopique, mais il s’avère qu’elle est très simple à mettre en place, avec un accompagnement et des conseils… C’est pourquoi nous nous sommes lancés dans ce projet et que nous avons souhaité commencer par éduquer les plus jeunes, pour qu’ils soient aussi porteurs de ce message. » détaille Eric de Maroussem, Sales Manager chez MCFI, et porteur du projet Planté pu Dimé.

MCFI ne compte pas s’arrêter à la sensibilisation des plus jeunes. La seconde phase du projet, qui démarre mi-mars 2019, va consister en un accompagnement personnalisé de 12 familles volontaires pour créer et cultiver leur potager maison. « Nous allons documenter cette expérience, les challenges rencontrés, les conseils et témoignages, afin de « scale up » le projet pour toutes les familles mauriciennes qui le souhaitent. » explique Eric de Maroussem.

La troisième étape du projet consistera en une campagne nationale de sensibilisation sur les avantages et la facilité à créer des potagers bio « maison » via des tutoriels et conseils.
« À l’heure du manger bio et local, de nombreuses personnes cultivent leurs propres légumes. Plus que pour l’aspect économique et naturel, c’est aussi un art de vivre. Pour beaucoup, jardiner est devenu une passion, un moment de détente et de plaisir. Un loisir qui gagne de plus en plus d’adeptes, nous devons promouvoir ce genre de démarche à Maurice» complète Salimah Jaulim, CSR and Communication Officer chez Harel Mallac. Affaire à suivre !

Votre pub ici dans les articles

Partager et informez vous aussi......