Histoires à faire rêver

Histoires à faire rêver

QUAND NOUS ARRIVONS À ALBANS EN DÉBUT D’APRÈS-MIDI, je me rends compte que l’endroit mérite à peine le nom de ville. Le maire se tient sur le quai ouvert à tous les vents et, à peine sommes-nous descendus du train que l’on nous conduit, en désordre, à la salle des fêtes située à un pâté de maisons de la gare.

Je mangerais bien un enfant
Kofi le guerrier-chasseur
Le train des orphelins (V)
Votre pub ici dans les articles

Partager et informez vous aussi......

Top
shares