Business Mauritius

Précision de Business Mauritius sur les travaux autour Workers Rights Bill

Il a été noté que certains médias ont relayé que Business Mauritius serait apparemment satisfait que des consultations aient été tenues pour discuter du Workers Rights Bill. Le Président et membres partenaires de Business Mauritius voudraient rétablir que, s’il est vrai qu’une réunion a effectivement été tenue au Ministère du Travail, cela n’équivaut pas aux consultations et au véritable travail technique qui doit se faire avant la promulgation d’un texte de loi. Ceci est d’autant plus vrai que cette loi pourrait avoir des conséquences graves sur la compétitivité de Maurice et pour la pérennité de beaucoup d’entreprises locales.

Pour Business Mauritius, le texte de loi revu, qui sera proposé en première lecture au Parlement le mardi 6 aout, n’est pas assez réfléchi. Pour l’association, il est essentiel de procéder à de véritables consultations techniques ainsi qu’à un « Regulation Impact Assessment », qui est une évaluation systématique des incidences économiques, sociales, et autres de cette loi.

Business Mauritius tient aussi à réitérer qu’alors qu’elle n’objecte pas au Workers Rights Bill et à l’introduction du PRGF si cela se fait dans la consultation, la pérennité du secteur des affaires – et donc de l’emploi – passe par des mesures visant le long terme. Quel que soit le contexte actuel, il est donc important, d’après l’association, de ne pas se précipiter vers des objectifs à court terme qui pourraient de pas être durables.

C’est dans cette optique que le Président de Business Mauritius a adressé une lettre au Premier Ministre hier, tout en soulevant des points techniques spécifiques ainsi que des premières évaluations de l’impact de ces mesures sur certaines industries.
Par exemple, Business Mauritius a prévenu que les provisions relatives aux contrats de travail à durée déterminée (CDD) ainsi qu’à l’emploi de sous-traitants (job contractors), pourrait amener des licenciements conséquents dans les secteurs de la construction et de l’agro-industrie due à une forte réduction de l’utilisation de sous-traitant dans ces secteurs. Cela pourrait mettre sérieusement en péril plusieurs PMEs dans cette industrie.
Similairement, dans le secteur du BPO où les contrats aménagés sont la norme internationalement, Business Mauritius est d’avis que la rigidité de la nouvelle loi pourrait faire drastiquement baisser l’attractivité et la compétitivité de Maurice, car c’est une industrie où les opérateurs recherchent le « ease of doing business ».

De même, les contraintes liées au « shift work » vont considérablement alourdir les coûts d’opération dans le secteur du tourisme, réduisant ainsi l’attractivité touristique de Maurice comparativement à d’autres destinations à un moment où cette industrie est déjà sous pression.
Le président de Business Mauritius et les membres partenaires restent disponibles pour des consultations techniques car ils considèrent qu’il s’agit de l’agenda important des progrès des droits des employés, mais aussi de la stabilité de notre économie.

Votre pub ici dans les articles

Partager et informez vous aussi......