MCB Microfinance

Rs 571 millions décaissées et 2 007 entrepreneurs financés en trois ans par MCB Microfinance

En trois années d’existence, MCB Microfinance s’est résolument implantée dans le paysage financier mauricien, notamment celui du micro-crédit. Au 31 juillet 2019, et ce depuis sa création en 2016, cette entité du Groupe MCB a financé 2 007 micro-entrepreneurs, pour un total de Rs 571 millions et 2 867 prêts.

La répartition des clients de MCB Microfinance par secteur d’activités, s’établit comme suit : 36% sont des commerçants, 25% sont du secteur manufacturier, 23% des services, 11% du transport, et 5% de l’agriculture. Par ailleurs, 55% des prêts octroyés sont des prêts investissement, contre 45% de « working capital loans ».

Démocratiser l’accès au crédit
MCB Microfinance a été créée dans le but de répondre à une demande des micro-entreprises pour des micro-crédits.Aurélie Leclézio, CEO de MCB Microfinance , explique :

« Nous avons pu le vérifier dès le lancement de la compagnie et nous le vérifions tous les jours depuis trois ans. Comme toutes les entreprises, les micro-entreprises ont des projets de développement et des besoins en financement. Nous sommes là pour leur offrir un service adapté, avec pour objectif de démocratiser l’accès au crédit pour les micro-entreprises. Les petits entrepreneurs ont en effet, et à juste titre, souvent peur de s’adresser aux banques pour d’éventuels financements car l’offre bancaire n’est pas adaptée à cette clientèle très spécifique et ils voient donc, la plupart du temps, leur demande rejetée. »

Flexibilité et compréhension
Consciente des difficultés encourues par les micro-entreprises, le Groupe MCB a mis en place une méthodologie adaptée de microfinance afin de mieux servir cette clientèle. Cette méthodologie prend en ligne de compte les raisons pour lesquelles les micro-entrepreneurs ont un accès très limité au crédit bancaire. Explications du CEO de MCB Microfinance : « C’est justement parce que le Groupe MCB avait bien conscience de cela, et du fait, qu’une méthodologie adaptée de microfinance était nécessaire pour mieux servir cette clientèle, que nous existons aujourd’hui. Les micro-entrepreneurs n’ont généralement qu’un accès très limité au crédit bancaire pour les raisons suivantes : ils ne travaillent principalement qu’avec du « cash » et ne font que rarement (dans le meilleur des cas) des versements sur leur compte en banque ; ce sont souvent des « self-employed individuals » qui travaillent avec peu ou pas de comptabilité et n’ont définitivement pas de comptes audités à présenter au banquier ; enfin, ils n’ont pas forcément de biens à mettre en garantie. Notre méthodologie consiste à pallier à tous ces « manquements », en allant principalement nous rendre compte, par nous-mêmes, sur le terrain, si l’activité existe, si elle génère des revenus, etc. Nous faisons de notre mieux pour être flexible et comprendre notre clientèle. »

MCB Microfinance, mode d’emploi
Comment devient-on client à MCB Microfinance ? Qui est éligible ? A ces questions, Aurélie Leclézio fait ressortir : « Tout entrepreneur ayant une activité, peu importe le secteur, en opération depuis plus d’une année et pouvant présenter une Business Registration Card relative à l’activité concernée, peut bénéficier de nos prêts pour financer ses besoins en stock ou tout autre projet d’investissement (achat d’équipements, extension, rénovation etc.) ». MCB Microfinance offre des prêts allant de Rs 15 000 à Rs 800 000 et a rajusté son offre initiale, qui était de Rs 20 000 à Rs 600 000

Aller vers le client
Depuis le lundi 12 août, MCB Microfinance occupe un emplacement aux Arcades Currimjee à Curepipe et souhaite, à travers cette relocalisation, faciliter l’accès à ses clients. La compagnie existe aussi à Rodrigues et ce depuis 2017. Une fois la première prise de contact établie, c’est à un officier de la compagnie de se déplacer pour aller vers le client. « Nous servons en effet toutes les régions de l’île. Le client se déplace une première fois pour venir faire son application mais ensuite c’est un officier qui va le rencontrer sur le lieu de son activité. Enfin, il ne faut pas oublier que nous opérons déjà à Rodrigues depuis mars 2017, où nous aménagerons également dans de nouveaux locaux flambant neufs très bientôt ! », déclare Aurélie Leclézio.

Rôle essentiel
Pour Aurélie Leclézio, les micro-entreprises ont un rôle crucial à jouer non seulement pour l’économie du pays, mais aussi par rapport à la culture mauricienne. Elle est d’avis que le savoir-faire de ces entrepreneurs s’est très souvent transmis de génération en génération et pas dans les livres. Ils font souvent face à une rude compétition, d’où la nécessité de bien les accompagner.

Aurélie Leclézio, CEO de MCB Microfinance

« Je suis définitivement déjà admirative devant leur diversité et le rôle essentiel que jouent les micro-entreprises non seulement dans notre économie, mais aussi dans notre culture, notre identité mauricienne. Nous finançons effectivement une variété incroyable de petits « business » ; du tailleur, au cordonnier, du mécanicien à la tabagie, du marchand de dholl puree, de macatia coco, au contracteur, plombier, électricien, chauffeur de camion, petit snack, « tricycle » de boulettes, magasins de saree, khurti etc… Les micro-entrepreneurs ont un savoir-faire qui ne s’apprend souvent pas dans les livres et qu’il faut savoir respecter et préserver. Au-delà de ça, ils sont confrontés à de grosses difficultés, notamment en termes de compétition, et doivent, bien sûr, lutter pour se faire ou garder leur place face aux plus gros. Nous essayons ainsi de les accompagner au mieux en leur facilitant l’accès aux prêts lorsqu’ils en ont besoin », conclut-elle.

Votre pub ici dans les articles

Partager et informez vous aussi......